IMG_6234

Sud-Est

 

Lumière bondissante
joue avec les cheminées les girouettes les chiens assis
elle revient lente et fraîche
revient
comme une aimée vagabonde un chat perdu
comme ces amies folles qui apparaissent et disparaissent
des cadeaux des couteaux plein les mains
un cri d’été au cœur de décembre
le ciel strié de lignes blanches
le soleil feu sans maître 
amant volage et obstiné
revient caresser les pupilles rebondir sur la peau
sans un je t’aime
mais jusqu’au bout
 Et puis ça se couvre
Lumière blanche nacre maussade
l’hiver trépigne et redemande de l’or
les ocres de juillets le narguent 
depuis les limbes où
comme les remplaçants sur le banc
ils attendent leur bref inoubliable cyclique avènement
Un moineau esseulé dessine des lignes froides contre le ciel
De mon œil myope
je confonds cheminées moineaux et branches nues
cette marmelade de toits glissants
et le voile de brume creuse
qui embrasse les rues aux noms de défaites
C’est janvier le blanc le ténébreux
janvier urbain sans neige et sans étoiles
seule la lumière chante
la roue des saisons
les décrets cosmiques
les naissances emphatiques
tout ce qui fait voler les oiseaux.
 
Poème de matin calme
de bouilloire électrique
le thé des Deux Chinois déploie dans la maison
ses guirlandes de fleur blanche et d’amande
gris dehors dedans lumière d’or
la Déesse fortune est mon amie
j’étends des hommages à ses pieds parfumés
elle m’enjoint :  chante
plus fort que le cri des agonies mécaniques
Et si tu veux veiller
compte les tigres qui sautent la barrière
Et si tu veux prier
vers l’inaccessible silence
capture ses anges de feu  
des papillons fragiles
qu’il faut saisir entre ses lèvres
et sentir battre
le temps qu’ils vivent 
éternité lépidoptère.

 

traduction : Ceccè Ferrara

 
Sudestu

Luci saltichjendu
ghjoca incù i fumaroli i parapachji i balconi di sulaghjolu
rivolta lenta è fresca
rivolta
com’è un amata andaciendu un ghjattu persu
com’è st’amichi tuntini ch’affacani è po’ spariscini
mani carchi à rigali è à culteddi
un brionu d’istati in cor’ dicembri
u celi saianatu di righi bianchi
u soli focu indumitu
amanti dunnaghju è chjuccutu
volta ad’accarizzà i luciuleddi ribumbà nantu à a pedi
senza un ti tengu cara
ma fin’à l’ultima
                                       È po’ s’annivuleghja
Lumu biancu gnaccra smurtita 
l’invernu zampitteghja è cheri dinò l’oru
l’ocri di luddu u sfidani
da i limbi induva
tali i rimpiazzanti nantu à un bancu
aspettani a so corta trimenti ciclica vinuta 
Un acedda casana scantata traccia righi freti in celi
Da u me ochju miopu
cunfondu fumaroli aceddi casani è vetti spuddati
sta cunfittura di tetti sculiscianti
è u veli di fumaccia biota
abbraccendu i carrughji à nomi di disfatti
Hè ghjinnaghju u biancu u tinibrosu
ghjinnaghju citadinu senza nevi è senza steddi
solu canta u lumu
a rota di i staghjoni
i leghji cosmichi
i nasciti pumposi
Tuttu ciò chì faci bulà l’aceddi.
 
Puisia di matina sirena
di scaldarettu elettricu
u tè di i Deux Chinois sparghji in tutt’a casa
i so ghirlandi di fiori biancu è amandula
grisgiu fora in drentu lumu d’oru
a Dea furtuna hè a me amica
à i so pedi prufumati ripongu umaghji 
mi cheri : canta
plus fort que le cri des agonies mécaniques
più forti che u brionu di l’agunìi micanichi
È sè tù pò vighjà
conta i tigri chì saltani u cataru
È sè tù vol’ prigà
versu l’inaccissibbuli silenziu
chjappa i so anghjuli di focu  
             mastaruculi dilicati
                          chì si devini piddà trà i so labbri
par senta batta
u tempu di u so campà
Eternità farfalla.

0 comments on “Sud-EstAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *